Gaspillage alimentaire : responsabiliser et éduquer

La lutte contre le gaspillage alimentaire est une bataille menée par la Ville depuis de nombreuses années. Outre les aspects économiques et moraux, la démarche est aussi un moment pédagogique pour les écoliers.

 

1. LE PAIN
C’est symbolique. Dès le CE1, les enfants ont accès au self et peuvent notamment choisir la quantité de pain qu’ils souhaitent. A eux de déterminer le nombre de tranches nécessaires eu égard au menu du jour. Les enfants sont également autorisés à se resservir en pain à condition qu’ils aient bien mangé (les agents de restauration veillent au grain). Ni trop ni pas assez : les enfants apprennent à jauger leur faim.

« J’aime pas trop le pain avec la pizza. Je préfère avec le fromage » concède Gabriel.

 

 

 

 

2. VISUALISER SES DÉCHETS
Les écoliers et écolières débarrassent eux-mêmes leur plateau et sont invités à jeter leurs restes  dans des poubelles spéciales. L’une est réservée
aux emballages plastiques (quand il y en a)  l’autre aux déchets biodégradables. En vidant  leurs assiettes, les enfants visualisent dans la  poubelle la quantité de nourriture gâchée. Une  prise de  conscience collective qui fonctionne.

« C’est comme à maison, il  ne faut pas gaspiller.  Quand j’ai pas très  faim, je le dis à  la dame et elle  m’en donne un  peu moins ou l’inverse.» explique Ambre.

 

 

 

 

3. VALORISER LES DÉCHETS
Le temps du midi est un moment de détente et de convivialité pour les enfants durant lequel la Ville a souhaité insérer un minimum de prévention. Pour le gaspillage alimentaire, plusieurs affiches indiquent aux enfants les cycles de valorisation des déchets : méthanisation dans des usines spécialisées, et compostage. Dans certaines écoles, comme ici à l’école élémentaire Jean Jaurès, un compost a été directement installé. Il servira pour le potager pédagogique.

« on a appris que les déchets peuvent devenir du gaz pour chauffer la maison. Ça m’a impressionnée » se souvient Inès.